CŒUR MORT
Dans ce cœur mort quand bien même une amère souffrance 
Comment roulent les cieux, et quel puissant génie 
Veux-tu mourir, dis-moi ? Tu souffres et je souffre 
Sur ce chemin triste quand bien même une fleur d'espérance 
Des sphères dans leur cours entretient l'harmonie 
Et nos cœurs sont profonds et vides comme un gouffre 

Rien n'est plus doux que de s'en revenir 
D'avoir une âme douce et mystiquement tendre 
D'un chant très profond de tristesse 
Par le chemin de l'innocence par le souvenir 
Et d'espérer, de croire et de toujours attendre 
Il va pleurant comme une âme en détresse.  

 

Retour à l'accueil